avis Night Call a

Night Call: L’information à quel prix …

L’éducation aux médias est devenue l’un des enjeux majeurs des programmes de l’éducation nationale et de la formation des « cybercitoyens, actifs, éclairés et responsables de demain » comme le précise la page Eduscol de l’EMI. C’est dans ce cadre que cet avis sur le film Night Call peut vous être utile.

Sorti en 2014 et réalisé par Dan Gilroy, le film se déroule à Los Angeles. Il met en scène Jake Gyllenhaal dans le rôle inquiétant d’un jeune homme un peu paumé qui cherche un travail lucratif, avant tout. Une nuit, il est le témoin d’un accident grave et voit des « journalistes » s’afférer autour de la scène pour être les premiers à transmettre les meilleurs images à leurs rédactions respectives. Il décide alors de devenir un « reporter » et commence à passer ses nuits à l’écoute des fréquences de la police, à la recherche du scoop qui le rendra riche et célèbre.

On suit ainsi le parcours de ce personnage qui abandonne ses valeurs une à une et qui sombre de plus en plus profondément dans une quête sans fin d’images choquantes, mais vendeuses. Mais il est loin d’être le seul et que faire quand il ne se passe plus rien …

Night Call s’intègre donc parfaitement à l’éducation aux médias et à l’information puisqu’il met en scène de façon magistrale les limites de la course à l’information et cette avidité des médias d’aujourd’hui pour l’image « choc », pour le « buzz » etc.

D’après BFMTV, nous sommes tous devenus des journalistes, et la chaîne n’hésite pas à demander à ses spectateurs de lui envoyer des images dont ils ont été les témoins et qu’ils intégreront ensuite à leurs journaux. C’est exactement le sujet du film et de des dérives possibles de ce type de comportement. Jusqu’où peut-on aller pour obtenir la meilleure image, le meilleur angle, le premier scoop ? Est-ce toujours de l’information ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.